La première journée partagée avec mes nouveaux amis hollandais et allemands a été marqué par une grosse colère de ma part : nous avons emprunte un chemin de randonnée de 3 km pour se rendre sur une plage. Arrivés sur le site, je décide d’aller aux toilettes un peu plus haut et Bennie me dit qu’ils m’attendront avant de repartir au parking (à 3km plus loin). Ressortie des woua woua, et revenues sur le départ du chemin, les 3 boys ont disparu et je suis au milieu de nulle part, sans civilisation ! Enervée et affolée car je ne suis partie qu’avec mon appareil photo. 

Je ne sais pas quoi décider : rester sur place et attendre qu’ils reviennent me chercher ou bien revenir à la voiture qui est à 3km via un chemin de rando, non visible de la route. Je questionne l’unique personne présente sur la plage mais elle ne les a pas vu. A moitie convaincue je décide de repartir à la voiture. Je croise une joggeuse qui me rassure, ils sont sur le chemin du retour. Evidemment, plus je marche et plus ma colère monte … Arrivée à la voiture, Bennie s’excuse aussitôt et souhaite s’expliquer. Il me dit qu’il pensait que les toilettes étaient sur le chemin de rando. S’apercevant trop tard que ce n’était pas le cas, il propose aux 2 garçons allemands de faire demi-tour pour me récupérer, les 2 garçons disent que je retrouverai bien le chemin tout seule. Bref, il me faut 10 minutes pour me resociabiliser et la journée continue normalement. La mésaventure du sanglier me fait totalement oubliée cette péripétie. Le lendemain, au backpacker Bennie m’avoue qu’il était vraiment inquiet pour moi et qu’il voulait faire demi-tour mais 2 voix l’emportent contre 1. Il me dit aussi avoir été déçu par les 2 autres garçons qui ne se sont pas manifestes lorsque j’ai peste contre lui, aucun des 2 n’ayant pris parti pour qui ce soit…